Month: July 2017

Les quais de Seine

d’après Johan Barthold Jongkind (1819-1891) – Vue des quais à Paris (1868) – Pierre noire / Aquarelle – 13,8 x 26,3 cm

Alexia se regarde dans le miroir de la salle de bain. Elle tente de se maquiller mais sa main gauche tremble trop. Son mascara se répand un peu partout sur la paupière, en bas de l’œil. Bref, en quelques secondes, elle ne ressemble plus à rien. Son téléphone portable sonne une fois encore. Elle ne répondra pas. À quoi bon ? Sa meilleure amie Valentine a insisté pour organiser une fête ce soir pour ses 18 ans. Certains diront que c’est le plus bel âge. Pour Alexia, c’est autre chose.

Read More

Le royaume des herbes folles

d’après Albrecht Dürer (1471-1528) – La Grande Touffe d’herbe (1503) – Mine de plomb/ Aquarelle – 21 x 16 cm

Journée de deuil national pour le royaume des herbes folles, la Reine des plantains est décédée dans la nuit. Une longue et douloureuse maladie certainement due au nouveau désherbant utilisé par la commune. Le royaume a essuyé de nombreuses pertes ces trois derniers mois.

Read More

Le calme plat

d’après Eugène Boudin (1824-1898) – Plage et bateaux (vers 1854 – 1860) – Mine de plomb sur papier gris – 24 x 32 cm

Lorsque j’arrive au bord de l’eau, c’est marée basse. Quelques voiliers çà et là s’essaient à la pêche. En cette saison, dorade, lieu jaune et tacaud tentent d’échapper à l’appât, un ver pioché dans la vase. Mais poisson gourmand tombe dans la nasse obligatoirement. Un spectacle paisible se joue devant mes yeux ébahis.

Read More

Sauvetage à Sto

d’après Eugène Boudin (1824-1898) – Figures halant (vers 1854 – 1860) – Pastel sur papier gris – 24 x 32 cm

Mads est né dans un petit village de pêcheurs en Norvège qui répond au doux nom de Sto. Il ne s’y passe jamais rien. Si, quelques touristes par-ci par-là. Il s’ennuie à mourir. Alors pour se changer les idées, parfois il se rend tout seul comme un grand du haut de ses huit ans sur le bord de mer, là où c’est dangereux et escarpé.

Read More

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén